L'élite des  bons mots

Concerti op.7 & 10 de Jean-Marie Leclair

L'oeuvre de Jean-Marie Leclair (1697 - 1764) se manifeste dans l’une des périodes les plus brillantes de l’histoire de l’école française de violon et y joue un rôle majeur. En outre, les critiques d’époque témoignent que Jean-Marie Leclair était l’un de plus grands violonistes - virtuoses d’Europe et que « son jeu brillant et délicat fut extrêmement applaudi » par le public lors ses interprétations au sein du Concert Spirituel à Paris, à la cour Hollandaise ou à Turin. En choisissant de créer ce programme consacré aux concertos op. 7 et op.10 de Leclair, The Beggar’s Ensemble s'engage à séduire le public amateur et professionnel d’aujourd’hui grâce à une approche novatrice pour ce répertoire exceptionnel.

Dans son approche artistique, The Beggar’s Ensemble vise à éclairer l’interprétation et l’écoute des concertos de Leclair sous un nouvel angle par la mise en valeur du goût français de l’art de jouer du violon ainsi qu’une forte prise de parti. Ce programme propose un état des lieux d'une période de 10 ans pendant laquelle Leclair publie ses opus 6 à 10, comprenant notamment son tout premier concerto (Op.7 n°1), et son dernier (Op. 10 n°6). Selon notre analyse de l’écriture de ces pièces, il est impossible d’omettre la présence d’appuis, de contrepoint et d’harmonies propre à la musique française. La forme de certains mouvements comme les mouvements lents (aria gracioso) ou l’ouverture furent à notre sens composés avec le même raffinement que la danse baroque française si l’on tient compte que Leclair fut maître à danser avant de se consacrer au violon. Il
est également intéressant de remarquer que, non seulement
les concertos Op.7 (1737) sont les premiers concertos pour violon seul publiés en France, mais furent aussi écrits avant
que Leclair ne rencontre Locatelli.


 

Programme

Jean-Marie Leclair (1697-1764)

Ouverture en Ré majeur Op.6

Chaconne en Sol mineur Op.8

Concerto pour violon N°2 en Ré majeur Op.7

Concerto pour violon N°6 en Sol mineur Op.10

Concerto pour violon N°1 en Ré mineur Op.7

Jean-Baptiste Barrière (1707-1747)

Sonate N°6 en Do mineur

Durée : 1:30 avec entracte

Logo Flora_edited.png

Album à paraître en 2022
 

IMG_1884.JPG

Dans la préface de l’opus 7, Leclair écrit une très touchante dédicace à son ancien professeur de contrepoint et d’harmonie André Chéron (1695-1766), avec des termes comme: « Mon cher maître,… », « …je suis votre élève. », ou bien en présentant sa musique ; « s’il s'y trouve quelques beautés, je les dois aux savantes leçons que j'ai reçu de vous ». Élève de Nicolas Bernier (c1664 - 1734), André Chéron était reconnu parmi ses contemporains comme un claviériste, compositeur et batteur de mesures à l’Académie royale de musique. Il y créa notamment des opéras comme Zoroastre de Rameau ou bien Scylla et Glaucus de son ancien élève. N’est-ce pas lui qui aurait pu transmettre à Leclair un grand amour de l’opéra ? Son opéra Acis et Galaté est chaleureusement accueilli par le public en 1746, public qui remarque des ressemblances dans les airs avec ceux de Jean-Philippe Rameau. Durant son poste de violoniste au Concert Spirituel, Leclair exécute beaucoup de répertoire Lulliste (Roland, Atys, Armide, Persée, Isis, Phaëton…) marquant donc son fort attachement à l’école française.

 

Effectivement, Leclair était très inspiré par les nouveautés venants d’Italie, cela se manifeste dans ses choix de formes par la publication de concerto ou la présence d’adagio ornés à la Corelli. Afin de souligner le fil rouge du mélange des esthétiques italienne et française, et pour colorer le programme du disque, nous avons ajouté une sonate pour violoncelle et basse de Jean-Baptiste Barrière (1707 - 1747), élève du virtuose italien Francesco (Fransicello) Alborea, et qui était l’un des pionniers de l’art soliste au violoncelle en France.


Le titre du disque « L’Élite des bons mots », choisi par The Beggar’s Ensemble, fait référence à la scène de l’assassinat de Jean-Marie Leclair (affaire encore jamais élucidée), car ce livre de petites pensées diverses fut retrouvé à coté du corps sans vie du compositeur le 22 octobre 1764.

Distribution

Augustin Lusson : Violon solo / Direction

Louise Ayrton : Violon

David Rabinovici: Violon

Tatsuya Hatano : Violon / Alto
Daria Zemele : Clavecin
Yuka Saïto : Viole de Gambe
François Gallon: Violoncelle
Matthieu Lusson : Violone / Viole de gambe

Youen Cadiou : Contrebasse